• Relativisme

    Le Grand Robert de la Langue Française : Doctrine selon laquelle les valeurs (morales, esthétiques…) sont relatives aux circonstances (sociales, etc.) et variables. Trésor de la Langue Française : Doctrine qui admet la relativité de toute connaissance humaine. – Doctrine d’après laquelle l’idée du bien et du mal, les valeurs morales, varient selon les époques et les sociétésAspect relatif des valeurs Encyclopédie de la philosophie. Pochothèque. Terme par lequel on peut désigner toute conception philosophique qui n’admet pas de vérités absolues ou de principes immuables en morale. Synonymes : Indifférence. Contraires : Par analogie : A chacun sa vérité. Bien.Circonstance. Equivalence. Ethique. Indifférence. Jugement. Mal. Morale. Opinion. Opposition. Norme. Valeurs. * « Les oppositions systématiques et…

    Commentaires fermés sur Relativisme
  • Libre arbitre

    Encyclopédie de la philosophie (Pochothèque) : Depuis saint Augustin cette expression désigne, dans le langage théologique, la liberté du choix ou du vouloir humain. Mais savoir en quoi elle  ou dans quel sens on peut l’admettre ou non, est assurément un problème philosophique. Dictionnaire philosophique. André Comte-Sponville : La liberté et la volonté, en tant qu’elle serait absolue ou indéterminée : c’est « le pouvoir de se déterminer soi-même sans être déterminé par rien » (Marcel Conche). Pouvoir mystérieux et métaphysique strictement : si on pouvait l’expliquer (par des causes) ou le connaître (par une science), il ne serait plus libre. (Voir article) Encyclopédie de la philosophie (La Pochothèque. Livre de poche): Depuis saint Augustin ,…

    Commentaires fermés sur Libre arbitre
  • Conscience

    Le Grand Robert de la langue française : Faculté que l’homme a de connaître sa propre réalité et de la juger. La partie de la vie, de l’activité psychique dont le sujet a une connaissance intuitive. Connaissance intuitive par l’être humain ce qui est le bien, de ce qui est le mal et qui les poussent à porter des jugements de valeur morale sur ses propres actes. Encyclopédie de la philosophie, Pochothèque : Etre conscient, cela revient en effet à agir, sentir, penser et savoir qu’on agit, qu’on sent ou qu’on pense. On appelle donc conscience la connaissance intuitive, le sentiment (plus ou moins clair)  qu’un sujet possède de lui-même. Ainsi en…

    Commentaires fermés sur Conscience