• Savoir

    Le Grand Robert de la Langue Française : Avoir présent à l’esprit (un objet de pensée qu’on identifie et qu’on tient pour réel) ; pouvoir affirmer l’existence… Etre conscient de …; connaître la valeur, la portée.., (un acte, un sentiment concernant le sujet) Avoir dans l’esprit un ensemble d’idée et d’images constituant des connaissances organisées rationnellement à propos de..(un objet de pensée) Avoir bien compris, bien assimilé.(un objet de connaissance) Trésor de la langue française : Avoir dans l’esprit, avoir la révélation de l’existence, de la réalité, de l’identité, de la vérité de quelque chose; avoir présent à l’esprit un ensemble de connaissances rationnelles (concepts, idées, notions, images, représentations, affects), acquises par l’étude…

  • Raison

    Le Grand Robert de la Langue Française : Capacité de jugement par laquelle l’homme est capable d’organiser, de systématiser sa connaissance et sa conduite, d’établir des rapports vrais avec le monde. Dans certaines théories, système de principes qui dirigent l’activité de l’esprit et forment une règle, un modèle idéal de connaissance et d’action. La faculté pensante et son fonctionnement chez l’homme, ce qui permet à l’homme de connaître, juger et agir, conformément à des principes (considérés plus ou moins comme stables) mais sa préjuger la valeur ce cette connaissance ou de cette action.La faculté de penser, considéré d’un point de vue général et abstrait en tant qu’elle permet à l’homme « de…

    Commentaires fermés sur Raison
  • Dogmatisme

    Le Grand Robert de la langue française : (Dogmatique) Qui a des opinions formant dogmes, qui exprime ses opinions d’une manière péremptoire Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Lalande : Tournure d’esprit qui consiste a affirmer ses doctrines avec autorité, et sans admettre qu’elles puisse avoir quelque chose d’imparfait. Encyclopédie de la philosophie Pochothèque : Terme du langage ecclésiastique utilisé pour indiquer un principe certain et une vérité irréfutable (du gr. Dogma, « doctrine communément acceptée) Dictionnaire philosophique d’André Comte-Sponville : (Dogme) Une vérité qu’on s’impose, ou qu’on prétend imposer aux autres. Se distingue en cela de l’évidence (qui s’impose d’elle-même) et de l’esprit critique (qui suppose le doute). Double aveu de fragilité, ou plutôt,…

    Commentaires fermés sur Dogmatisme
  • Absurde

    Le Grand Robert de la langue française : Qui est faux (pour des raisons logiques) qui enfreint les règles et les lois de la logique.Contraire à la raison, au sens commun.Qui est jugé inintelligent. Vocabulaire technique et critique de la philosophie. A. Lalande : L’absurde en ce sens est (…) plus général que le contradictoire, et moins général que le faux. Strictement parlant, l’absurde doit être distingué du non sens,  l’absurde à un sens,  et est faux, tandis que le non sens n’est proprement ni vrai ni faux. Trésor de la Langue Française: En parlant de l’activité humaine : parole, jugement, croyance, comportement, action, qui n’est manifestement et immédiatement senti comme contraire à…

    Commentaires fermés sur Absurde
  • Bon sens

    Le Grand Robert de la Langue Française : Capacité de bien juger, sans parti pris, sans passion, en présence de problèmes, de questions qui ne peuvent être résolus par un raisonnement rigoureux, scientifique. Synonyme : Sens commun. Contraires : Egarement. Ineptie. Par analogie : Bon sens commun. Connaissance intuitive. Discernement. Don. Esprit. Être sain d’esprit. Évidence.  Habileté. Instinct. Jugement. Jujeote. Justesse. Lucidité. Raison. Ralisme. Sagesse. Sagesse populaire. Système D. Un sens pratique Expressions: Ça tombe sous le sens. Le bon sens sens populaire. Marqué au sceau du bon sens. * Le bon sens diffère du sens commun  (dit aussi gros bon sens)  en cela que le premier est l’aptitude d’un individu à réagir, agir…

    Commentaires fermés sur Bon sens
  • Autrui

    Le Petit Larousse illustré : Toute personne autre que soi, l’ensemble des hommes en dehors de soi-même. Dictionnaire philosophique d’André Comte-Sponville : C’est l’autre en personne : non un autre moi-même (un alter ego) mais un moi autre (un moi qui n’est pas moi). N’importe qui donc, en tant qu’il est quelqu’un. Encyclopédie de la philosophie. Pochothèque : Du latin, « alterihuic », littéralement : à cet autre ici présent…Pourtant autrui ne désigne pas les autres, c’est-à-dire « la masse »  indifférenciée des autres hommes, sans plus de précision. Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale. PUF : ….que sais-je d’autrui ? Comment le connaître ? Affirmer l’existence d’un autre, d’autre que moi au regard de la connaissance que je puis en avoir présuppose…

    Commentaires fermés sur Autrui